Le 26 septembre 1878, après quatre ou cinq jours de marche, d'égarements et de négociations avec Modestine, Robert Louis Stevenson fait halte à l'abbaye Notre Dame des Neiges en Ardèche.

 

Robert-Louis Stevenson à l'abbaye Notre-Dame-des-Neiges

Chemin Stevenson GR70 Abbaye Notre Dame des Neiges Ardèche Chemin Stevenson GR70 Abbaye Notre Dame des Neiges ArdècheA la cuverie, les vins vieillissent en foudre de chêne.

Les moines de l'abbaye Notre Dame des Neiges en Ardèche achètent le raisin, vinifient et surveillent l'élevage. Nous dégustons sur-le-champs - enfin, sur le tonneau - un merlot simple, franc et charnu, un vin de pays rocailleux comme les vignerons qui l'enfantent. Pour l'élevage et la vente, les moines emploient du personnel en extra - du technicien viticole au mécanicien, de l'ouvrier agricole au menuisier -, contribuant ainsi à faire reculer les chiffres du chômage local.

Dans le silence des voûtes de tuf, les touristes tendent les cubiteneurs et les employés s'activent au pied des cuves en Inox comme dans une station-service sur l'autoroute du soleil.
Les longs couloirs hébergent les foudres géants et les vins bénis. Amen ! Le clou de la production, c'est la Fleur des neiges, un mousseux dont le poète Kenneth White se régalait quelquefois, lorsqu'il vivait et méditait à Gourgounel, sa retraite à quelques lieues d'ici.

À la scierie, frère " bougon " supervise les coupes. Philippe Papadimitriou, le Grec du Gîte de L'Etoile s'apprête à charger les quelques bouts de sapins qu'il a négociés pour l'imposante cheminée du gîte. Le temps d'un coup de main, nous devenons bûcherons selon la règle monacale. Prière et travail; la prière viendra plus tard.

L'hébergement à la trappe est complet, il faudra nous contenter de la forêt. Philippe nous indique le mas de Félgière, une ancienne maison de prière et de charité restée debout après la Révolution. " Après les derniers bâtiments, c'est tout droit, suivez les genêts... Faites des provisions chez frère Jean et allez vous allonger dans l'herbe. "

Chemin Stevenson GR70 Abbaye Notre Dame des Neiges ArdècheMarche lente avec Noée qui hésite toujours autant à poser ses délicats sabots dans les eaux de pluie. Le jour décroît sur les cèdres et les pins, les bleus du ciel laissent place aux premières lueurs orangées et flamboyantes du crépuscule. Un faisan sauvage apparaît. De longues secondes face à face. Le faisan s'envole. Verrons-nous, cette nuit, la chouette chevêche aux ailes courtes et aux yeux ronds dont mon grand-père m'a appris l'existence ? Comment la reconnaître ? Si j'entends un hululement, ce sera une chouette chevêche. Rien de plus simple.

Le 26 septembre 1878, après quatre ou cinq jours de marche, d'égarements et de négociations avec Modestine, Robert Louis Stevenson fait halte à la trappe. Il s'en approche, animé d'une angoisse sincère. Fils de presbytérien écossais, il ignore et redoute l'accueil qui lui sera réservé dans l'enclos catholique. Frère Apollinaire, brouette à la main, se flatte de rencontrer son premier Écossais. Les autres moines accourent...
Les frères portiers, hospitaliers et enfin le frère prieur qui reçoit Stevenson. Durant son séjour, ce dernier observe la vie des moines en savant entomologiste et compare le monastère à ses propres expériences de communautés - vouées plus au culte du vin, des femmes et de la révolution qu'à la prière.

Le supérieur, père Michel, offre au nouvel arrivant l'apéritif et le repas du soir. À table, l'écrivain rencontre un curé de campagne et un militaire en retraite qui font preuve d'intolérance vis-à-vis des autres cultes. Tout en menaçant le voyageur écossais des enfers et en condamnant avec vigueur le protestantisme - " c'est une secte, ni plus ni moins " -, ils cherchent à le convertir. Stevenson se fâche un peu, mais conserve une politesse tout écossaise. Il défend la religion de sa mère et de son enfance, puis abandonne les deux dévots à leur foi sectaire.

Sur l'invitation d'un frère irlandais, il visite la bibliothèque où Chateaubriand, Hugo et le coquin Molière côtoient les textes fondateurs et sacrés. Puis, le soir, il se retrouve en cellule, seul. Stevenson questionne sa propre foi qu'il tente de déguiser au mieux. Il redoute le silence, la solitude, et compare les moines à des morts vivants. Aussi note-t-il dans Le Vopage une chanson française et guillerette pour mieux maquiller ses états d'âme... Les doutes viendront plus tard.

Que t'as de belles filles,
Giroflée,
Girofla !
Que t'as de belles filles,
L'amour les comptera !

Chemin Stevenson GR70 Abbaye Notre Dame des Neiges ArdècheDerrière la chanson et le livre qu'il destine au public, un Stevenson fiévreux et mal connu s'épanche sans fard. C'est l'autre Stevenson, celui du Journal et de l'âpre route. Un pèlerin qui s'ignore et doute dans le silence du Vivarais. Un pélerin fébrile en quête d'amour, de foi, qui cherche à taire son humeur mystique. Stevenson écrit une Prière aux amis qu'il ne fera pas figurer dans le livre. Avant, il a pris soin de préciser qu'un voyage est, au mieux, un morceau d'autobiographie.

Toi qui nous as donné l'amour pour la femme et l'amitié pour l'homme, maintiens vivant en nous le sentiment de la communion et de la tendresse durable; fais que nous oubliions les offenses et nous souvenions des services rendus; protège ceux que nous aimons en toutes choses et accompagne-les avec bonté, afin qu'ils mènent une vie simple et sans souffrance et qu'ils meurent enfin en repos et l'esprit apaisé.

Chemin Stevenson GR70 Abbaye Notre Dame des Neiges ArdècheÀ Notre-Dame-des-Neiges, au coeur du monde et loin du monde, un jeune homme s'endort. Les chimères enfantines - les récits tourmentés, les cauchemars et les vieilles légendes - se raniment. Un jeune homme en proie aux hésitations, aux tremblements intérieurs et à la piété s'endort au coeur du monde et loin du monde. Derrière les émotions qu'il cherche à faire disparaître, les questions qui attendent réponses - toujours les mêmes - surgissent ainsi qu'un spectre.
Stevenson a des comptes à régler avec l'Écosse, qu'il va quitter à jamais, sans tout à fait la quitter : Écosse de l'enfance, de la formation spirituelle et des démons; Écosse des souffrances et de l'éducation austère; Écosse affective des premières marches sur la lande, des faubourgs et des villes noires. Il a d'autres comptes à régler avec la famille car, en choisissant d'aimer Fanny, il s'est opposé à son père. Ce père presbytérien, intraitable, qui exerce sur l'enfant un joug pécuniaire et moral. Et derrière le père, l'Angleterre et le milieu littéraire qui déteste les vagues, du moins ceux qui en font... Stevenson va se révolter et la révolte fera naître l'écrivain...

Chemin Stevenson GR70 Abbaye Notre Dame des Neiges ArdècheLorsqu'il crée, durant l'adolescence, avec le cousin Bob et d'autres agitateurs de leurs amis, une petite société à caractère secret et provocateur, l'un des premiers articles est rejet de tout ce que les parents ont pu enseigner. Mot d'ordre qui se passe de commentaire.

Stevenson a aussi des comptes à régler avec la foi et ses doutes, un mélange sournois de résurgence religieuse - son premier texte, publié à compte d'auteur par son père, n'aborde-t-il pas la révolte des puritains écossais ? - et d'athéisme, voire d'anticléricalisme.

Enfin, il y a Fanny, toujours Fanny, sujet du voyage et (dé)raison maîtresse. Elle est derrière chacun des mots, chacun de ses pas souples, chacune de ses pensées. Fanny, son aînée de dix ans, à la fois femme, mère et père. Fanny, l'aventurière qui fait fi des conventions et le coach littéraire. Fanny, la femme à venir. Avenir.

Allongé dans mon sac de couchage, au coin du feu dans une grange sombre, je relis et compare les textes. Dans le journal de route, Stevenson s'épanche et s'abandonne aux émois francs. Dans le Voyage, il modère sa foi hésitante et retrouve un ton carabin. Il rature, biffe ses expériences personnelles. Quiconque souhaite voyager avec Stevenson en Cévennes doit se munir du Journal de route pour découvrir l'autre versant. Le mystère Hyde. La signification secrète, comme il l'a écrit dans sa préface. Là seulement l'homme se livre. L'édition définitive, réécrite, fait la part belle à l'écrivain qui fait le beau, et ce Journal de route est un sismographe de l'esprit.

De retour à l'abri, devant un bureau, Stevenson est intervenu sur le sismographe, a tempéré ses réflexions à chaud, s'est censuré. Collection Gulliver, dirigée par Michel Le Bris. Flammarion. Acheter le livre

 

 

L'Etoile Maison d'hôtes à La Bastide Puylaurent entre Lozère, Ardèche et Cévennes

Ancien hôtel de villégiature avec un magnifique parc au bord de l'Allier, L'Etoile Maison d'hôtes se situe à La Bastide-Puylaurent entre la Lozère, l'Ardèche et les Cévennes dans les montagnes du Sud de la France. Au croisement des GR7, GR70 Chemin Stevenson, GR72, GR700 Voie Régordane (St Gilles), Cévenol, GR470 Sentier des Gorges de l'Allier, Roujanel, Montagne Ardéchoise, Margeride, Gévaudan et des randonnées en étoile à la journée. Idéal pour un séjour de détente.

Copyright © gr70-stevenson.com Tous droits réservés